Accueil / A la une / RAMADAN: RECOMMANDATIONS GENERALES A TOUS LES MALADES CHRONIQUES

RAMADAN: RECOMMANDATIONS GENERALES A TOUS LES MALADES CHRONIQUES

Seul le médecin connait mieux l’état du patient et la gravité de sa maladie. Par conséquent, le malade doit impérativement respecter le traitement et les mesures hygiéno-diététiques prescrits. Aucun patient ne doit changer les horaires, la posologie et le nombre de prises des médicaments prescrits sans l’avis de son médecin.
Celui-ci pourra :
changer un médicament nécessitant plusieurs prises quotidiennes par un autre administrable une seule fois par jour recourir dans le cas échéant à des formes autorisées au cours du jeûne (crème, gouttes oculaires ou nasales, certains injectables…) à la place des prises non autorisées en état de jeun (comprimés, gouttes buvables…).
Malgré l’autorisation que lui a accordée le médecin pour jeûner, le malade doit contacter son médecin dès l’apparition du moindre signe anormal.
 
MALADIES CARDIO-VASCULAIRES ET JEUNE
 
Catégories de cardiopathes chez qui le jeûne du Ramadan est interdit
 
Hypertension artérielle compliquée (d’atteinte rénale, d’atteinte cardiaque, d’atteinte cérébrale) datant de moins de 3 mois
Décompensation d’une cardiopathie sous-jacente (insuffisance cardiaque, trouble du rythme et de la conduction, poussée d’ischémie, surinfection broncho-pulmonaire etc.) datant de moins de 3 mois
Patient cardiopathe polymédiqué (plus de 2 prises de médicaments par jour)
 
  • Catégories de cardiopathes chez qui le jeûne du Ramadan est autorisé
 
Hypertension artérielle maitrisée ou équilibrée (non compliquée) sous traitement médical
Cardiopathies dilatées, ischémiques, valvulaires non décompensées et sous traitement médical d’entretien
Cardiopathies infectieuses sous contrôle thérapeutique
Autres cardiopathies non compliquées
 
  • Recommandations à suivre par les cardiopathes chez qui le jeûne est autorisé
 
Prendre son médicament après le repas du souhour pour la dose du matin et prendre aussi la dose du soir après la rupture
Respecter impérativement le traitement et les mesures hygiéno-diététiques prescrits par le médecin
Contacter son médecin traitant dès l’apparition du moindre signe anormal
 
DIABETE ET JEUNE
 
Catégories de diabétiques chez qui le jeûne du Ramadan est interdit
 
Diabétiques avec déséquilibre important (Taux de glycémie > à 2g/l)
En cas d’infections intercurrentes
Complications cardiaques ou rénales sévères
En cas de complications aigues (acidocétose etc.)
Altération importante de l’état général
Toutes autres situations nécessitant une hospitalisation
Lorsqu’un voyage est programmé surtout de longue distance et que les apports alimentaires peuvent faire défaut
Diabète instable.
 
Catégories de diabétiques chez qui le jeûne du Ramadan est autorisé
 
Patient atteint d’un Diabète Non Insulinodépendant (type 2), obèse ou normo- pondéral, diéto-sensible, sous Biguanides et/ou sous Sulfamides, bien équilibré, indemne de toute affection intercurrente ou complication dégénérative
Malade sous surveillance médicale régulière (Glycémies à répétition) pour détecter toute complication aiguë susceptible d’entrainer l’interruption du jeûne.
 
  • Recommandations générales à suivre par les diabétiques chez qui le jeûne est autorisé
 
Si insulinothérapie ou utilisation de d’insulinosécrétagogues (sulfamides hypoglycémiants ou glinides) : ajuster les doses et le moment des prises avec les périodes d’alimentation
Eviction de l’exposition aux rayons solaires en période de forte chaleur
Apport hydrique convenable pendant la période de jeun (au Souhour)
Auto-surveillance glycémique obligatoire à raison d’un (01) seul contrôle quotidien pour le patient sous régime, de trois (03) contrôles au moins pour les sujets sous sécrétagogues d’insuline ou sous insuline
Tests multiples en cas de déséquilibre important, et recherche impérative de corps cétoniques dans les urines
Eviction de l’activité physique intense en période de jeun surtout en fin de soirée
Accessibilité directe et facile des patients à leurs soignants pendant cette période
Rupture systématique du jeûne à tout moment en cas d’hypoglycémie, d’infections intercurrentes ou de toutes autres conditions de stress ou d’insulino-résistance
Avoir toujours sur soi quelques carreaux de sucre est salutaire en cas de manifestations d’hypoglycémie
Plus grande vigilance de l’entourage est d’une grande utilité
Respectez les recommandations spécifiques formulées par votre médecin traitant selon que vous soyez sous antidiabétiques oraux ou sous insuline si vous êtes autorisés à jeûner
 
JEUNE ET MALADIES LIEES A L’HYPERACIDITE GASTRIQUE
 
Catégories de sujets porteurs de maladies liées à l’hyperacidité gastrique chez qui le jeûne du Ramadan est interdit
Porteurs d’ulcère gastroduodénal évolutif ou en cours de cicatrisation
Porteurs d’ulcère cicatrisé de moins de 6 mois
Catégories de sujets porteurs de maladies liées à l’hyperacidité gastrique chez qui le jeûne du Ramadan est autorisé
 
Sujets porteurs d’un ulcère cicatrisé depuis plus de 6 mois et sous traitement protecteur de la muqueuse gastrique tel que les Inhibiteurs des Pompes à Protons (IPP)
Reflux gastro-œsophagien (RGO)
Recommandations à suivre par les sujets porteurs de maladies liées à l’hyperacidité gastrique chez qui le jeûne est autorisé
 
Prendre des antiacides/IPP+++ à titre préventif pour réduire l’hyperacidité gastrique
Prescrire un traitement curatif à base d’Inhibiteurs des Pompes à Protons (IPP) devant l’apparition des signes ou des complications
Préconiser un traitement d’entretien (IPP) chez les ulcéreux duodénaux cicatrisés au moins 1 semaine avant le Ramadan, pendant le Ramadan et jusqu’à au moins six semaines après le Ramadan à prendre le soir en dehors du Ramadan et le plus tard possible dans la nuit pendant le Ramadan.
Devant tout cas de RGO: Prescrire un IPP et préconiser les mesures hygiéno-diététiques suivantes:
prendre les repas plus tôt, surtout celui du soir
songer à faire des repas moins copieux et plus fréquents au lieu de prendre 2 ou 3 repas complets par jour
éviter de s’allonger dans les 2 ou 3 heures qui suivent un repas
surélever de 15 cm la tête du lit
réduire l’apport en caféine
arrêter de fumer
perdre l’excès de poids
faire de l’exercice régulièrement
 
  • PATHOLOGIES RENALES ET JEUNE
 
En ce qui concerne les néphropathies, le problème majeur au cours du Ramadan concerne la déshydratation induite par la baisse de la consommation d’eau pendant ce mois.
La déshydratation est en effet un facteur de risque favorisant la survenue des problèmes rénaux ou de ses complications.
Aussi, pour les sujets porteurs de néphropathies, une consultation chez le médecin traitant s’avère nécessaire avant le Ramadan pour s’assurer de leur aptitude ou non à observer le jeûne.
En cas d’avis favorable, le sujet doit boire suffisamment d’eau au cours de la nuit, respecter rigoureusement le traitement médicamenteux et les conseils hygiéno-diététiques préconisés.
Ceci est un message de l’Organisation Non Gouvernementale Islam Action Sanitaire (ISLAS) que vous pouvez joindre à l’adresse suivante:
Siège social : Plateau-Dokui derrière le centre commercial annexé à Oilybia

Voir aussi

COTE D’IVOIRE: Rupture collective – les fils de la Fassow appel à l’union

    Le mois de Ramadan a été l’occasion pour la Fédération des Associations et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *