Accueil / A la une / COTE D’IVOIRE: Journée mondiale sans Tabac – Le Recltasu interpelle le gouvernement

COTE D’IVOIRE: Journée mondiale sans Tabac – Le Recltasu interpelle le gouvernement

Le RECLTASU invite le gouvernement à adopter la loi anti-tabac pour mieux encadrer la lutte.

En marge de la journée mondiale sans tabac célébrée chaque 31 mai de l’an, le Réseau des communicateurs pour la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme en milieu scolaire et universitaire a saisi cette occasion pour interpeller le gouvernement et faire le point de ses actions sur le terrains, au cours d’une conférence de presse, le mercredi 30 mai 2018 à son siège à Treichville.

Pour le président du Recltasu,  Dimitry Agoutsi, il est urgent que tous les acteurs de la lutte conjuguent leurs efforts  pour sauver des vies surtout en milieu scolaire et universitaire. « Le taux de prévalence des fumeurs est de 14%, un chiffre qui doit nous faire prendre conscience du danger qui guette la population ivoirienne majoritairement les jeunes. En Côte d’ivoire selon des récentes études, 90% des cancers du poumon sont dus à la consommation du tabac. Selon cette même étude, L’Etat dépense chaque année 28 milliards pour soigner les personnes atteintes de maladies liées à la consommation du Tabac contre un prélèvement de 25 milliards F cfa de taxe sur les produits du tabac, une perte sèche de 3 milliards Fcfa », a dénoncé le président du Recltasu.

A en croire le président du Recltasu, les mesures d’interdictions de fumer dans les lieux publics a montré ses limites. « IL faut que le gouvernement fasse preuve de courage en adoptant la loi anti-tabac en souffrance dans les tiroirs de la présidence. Cette loi recommandée par l’Organisation mondiale de la santé dans le cadre de la convention cadre pour la lutte anti-tabac dont la Côte d’Ivoire est signataire est le seul levier pour contrainte l’industrie du tabac à revoir sa copie. Aujourd’hui, l’industrie du tabac milite pour le maintient de la vente du tabac en détail  sans tenir compte des lieux de ventes qui pour la plupart sont aux abords des lycées et collèges ce qui représente un véritable danger pour nos enfants», a dénoncé Dimitry Agoutsi.

Le président du Rectasu  a lancé un appel aux partenaires étatiques et internationaux face aux énormes difficultés que rencontrent les Ong sur le terrain. « Il faut que les acteurs de lutte contre le tabac soient assistés pour être plus efficace. C’est pourquoi nous demandons à l’Etat de Côte d’Ivoire à travers le programme national de lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme et les autres addictions (Pnlta) et les partenaires internationaux d’épauler les Ong ivoiriennes dans cette lutte ou rien n’est acquis », a affirmé Dimitry Agoutsi.

Le président du Recltasu a indiqué que sa structure en cette année 2018 a multiplié les initiatives pour l’adoption de la loi anti-tabac. « Notre préoccupation actuelle demeure l’adoption de la loi anti-tabac car malgré nos activités sur le terrain, s’il n’y a pas de textes clairs pour réglementer la lutte, je crois que nos efforts resteront vains. C’est pourquoi le gouvernement doit  adopter cette loi pourtant adoptée en conseil des ministre en 2014 », a souhaité Dimitry Agoutsi. Notons que le Rectasu est un réseau composé de plusieurs journalistes actifs pour freiner les ravages du tabac en Côte d’Ivoire.

Légende :

 

Voir aussi

COTE D’IVOIRE: Rupture collective – les fils de la Fassow appel à l’union

    Le mois de Ramadan a été l’occasion pour la Fédération des Associations et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *